PHARMACIE DU DOME
2 RUE NOTRE DAME
52130 WASSY
Tél : 03 25 55 34 41
Fax : 03 25 55 79 92
 
Mise à jour : 06 septembre 2017
 
» Commander
Votre Pharmacie
Promotions
Communiquer
Informations
Thèmes Santé
Guides Pratiques
Mon compte
Connexion :         

 
Le stretching est- il ringard ?

Thèmes Santé -> Femme
publié le 16/05/2011

On assiste aujourd’hui à un spectaculaire revirement d'opinion dans la communauté scientifique, selon lequel les étirements ne serviraient pas à grand‑chose. Imaginez votre dentiste qui vous dit : brossez-vous les dents si cela vous chante, mais ne croyez pas que cela protège des caries. Pourtant cette conclusion s'impose à la lecture de nombreux travaux consacrés à l'impact réel des assouplissements sur les blessures. En termes de probabilité, le stretching avant l'effort ne sert quasiment à rien. Pire, il se pourrait qu'il augmente les risques. En anesthésiant les terminaisons nerveuses indispensables pour la mise en place de boucles réflexe, il rendrait la musculature moins "vigilante". On le soupçonne aussi de diminuer de 4 à 7% la force du muscle. Evitez donc ce genre de séance avant un sprint, un saut ou un lancer.


Le stretching, une mauvaise manière de s'échauffer ?

De fait, il faut veiller à toujours débuter un effort progressivement. La température interne du muscle s'élève ainsi graduellement, produisant un phénomène de vasodilatation qui garantit l’oxygénation des cellules musculaires. Or, l'étirement produit l'effet inverse : il interrompt la circulation dans les capillaires. Pour bien s'échauffer, il faut donc trottiner, faire des contractions contre une petite résistance et augmenter progressivement la vitesse de contraction en faisant, par exemple, des grandes rotations avec les bras, plutôt que de sacrifier à des étirements contre-productifs.

Et le stretching après l'effort ?

Après l'effort ou à distance de celui-ci, le bénéfice du stretching ne fait toujours pas l'unanimité. Il y a quelques années, des chercheurs ont procédé à une large revue de littérature où ils compilèrent des études qui concernaient plus de 3000 personnes. Résultat: selon cette étude, il faudrait une séance d'étirements bien faits tous les 2 jours pendant 23 ans pour que le risque de claquage diminue! Quant aux vertus préventives du stretching contre les courbatures auxquelles beaucoup d'athlètes croient dur comme fer, elles ne reposent sur aucune observation scientifique irréfutable. Au contraire! Il semble que l'instauration d'une grande tension au sein du muscle en phase de récupération aura tendance à diminuer sa vascularisation par compression des capillaires.


Stretching : bonne nouvelle, quand-même

Abordons à présent la question sous l'angle de la souplesse. C’est, semble-t-il, là son seul véritable atout. Avec l'entraînement, on gagne des centimètres dans l'amplitude des mouvements et donc on contrarie le phénomène de rétraction lié à l'âge. Ce résultat ne serait toutefois pas le fruit d'une modification fondamentale des composantes viscoélastiques du muscle mais plutôt la conséquence d'un relèvement du seuil de souffrance. En clair, le sportif s'habitue à ressentir cette tension au sein des fibres et affiche petit à petit une meilleure "tolérance à l'étirement". Conclusion : prenez des cours de stretching si vous aimez cela… Mais ne comptez pas trop sur les étirements pour améliorer vos performances ou votre forme dans d'autres sports.

Article publié par avec l’aide du Dr Daulouède, Gilles Goetghebuer le 06/05/2011 - e-sante.fr

Sources : Ziltener J‑L, Allet L., Monnin D. Le stretching, un mythe… et des constats. Journal de Traumatologie du Sport, vol 22, n°2, 2005

 Retour...   Imprimer cette page 

 

 

Mentions légales  |  Notice légale  |  Copyright © 2019 - www.pharmattitude.fr  |